Home Blog INSIDE THE GOSPEL avec GUY MICHEL KINGUE

INSIDE THE GOSPEL avec GUY MICHEL KINGUE

0
348

Junior Emmanuel : Félicitations pour l’année 2020, une chanson qui a été un tube, des prestations, rendre ministère pratiquement sur tout le triangle national, première partie du concert de Dena Mwana, entonner l’hymne devant le Premier Ministre… Donc des félicitations s’imposent avant de te poser ma toute première question : pensais -tu que ton année 2020 se passerait ainsi ? « Mon héritage, c’est la santé » étant sortie après que toi-même tu aies été malade, est-ce ainsi que tu avais planifié ton année 2020?

GMK : Grâce à Dieu, depuis 2017 mon ministère a eu une véritable ascendance. Après que j’ai reçu le Canal d’or, depuis 2017, j’ai encore reçu 2 à 3 distinctions par rapport aux chansons qui sont sorties comme « Lambo la manyaka » (2017), « Il est là » ( 2018 ), « Jésus le plus beau des noms » ( 2019 ) et « Mon héritage c’est la santé » ( 2020 ). Je peux dire que c’est la grâce de Dieu mais je ne pensais pas que ça devait être ainsi, parce que moi je suis en studio depuis 02 ans déjà pour l’enregistrement de mon 2e album… En général, j’aime prendre mon temps.

Photo by Joel Litse

Junior Emmanuel : Comment est constituée la team de Guy-Michel ? Guy-Michel a-t-il un manager, un bookeur, un chargé des relations publiques…? Parce que l’impact de ton ministère est certes dû à la grâce de Dieu, mais nous pouvons aussi  comprendre qu’il y a aussi beaucoup de stratégie qui sont mises en place surtout que notre plate-forme Friday’s Music est plus orientée vers le côté « Inside the industry », car oui nous savons que les jeunes ont de belles voix, ils ont l’onction mais on sait aussi qu’il y a beaucoup de jeunes que Dieu a oint pour être bookeur, manager, agent… Nous posons ce type de questions afin qu’ils sachent qu’il est possible d’accompagner  une personne comme Guy-Michel dans ce domaine également.

GMK : Alors il faut savoir qu’à la base, j’ai une formation en Stratégie Marketing, une formation en événementiel et une formation en architecture d’intérieur. Toutes ces compétences réunies me permettent d’avoir une bonne base dans tout ce qui est communication de manière 360°. Donc jusqu’en 2017, j’ai pu moi-même assurer ma communication et monté tout ce qui est stratégie in et outdoor, média…en fait, j’étais mon propre Community Manager en fait, j’étais mon Manager, je faisais ma pub, je montais mes spots, je travaillais sur les storyboards, le synopsis de mes clips, l’orientation de mes chansons, je travaillais en studio d’arrangement et tout… Bref, j’étais mon label.
Maintenant, il faut savoir que depuis 2017, j’ai pris sur moi de former certains jeunes avec qui je travaille, qui aujourd’hui ont appris de moi et peuvent suivre le rythme que je leur donne. Par la grâce de Dieu, j’ai pu monter le label « Gospel Music Kingdom » qui aujourd’hui a une belle petite équipe; cependant, nous sommes ouverts et nous voulons effectivement des personnes qualifiées et capables d’apporter un plus à notre équipe, car dans le label aujourd’hui on a un Community Management, un créatif, un chargé de relations extérieures, un chargé pressbook et press manager industry et distribution; Donc oui, il y a une équipe mais elle n’est pas encore complète ce qui fait que je suis très ouvert; alors si effectivement il y a des jeunes frères et des soeurs qui sont oints et qui pensent avoir le potentiel nécessaire pour cela, ils seront les bienvenus dans le label « Gospel Music Kingdom », pour nous accompagner moi et tous les artistes qui sont dans le label.

Junior Emmanuel: Étant dans le comité d’organisation du concert de Dena Mwana par Universal, j’ai pu voir à quel point tu étais autant apprécié par le comité que par l’artiste elle-même. Mais nous aimerions savoir comment le choix a été effectué ? Comment le nom est arrivé chez Dena Mwana ? Et quels sont les retours positifs de la collaboration de GMK avec Universal ? De même, ayant eu vent qu’un grand évènement se prépare, quels sont les projets de GMK en 2021 ?
GMK : Alors il faut savoir que j’ai été abordé par Universal il y a 3 ans et j’en ai été très honoré mais je n’ai pas accepté simplement parce que ça ne rentrait pas dans mes plans dans l’immédiat , j’avais besoin de me rassurer et être prêt avant de poser quoi que ce soit sur la table. Donc quelques années plus tard, j’ai été abordé par Motown depuis la Côte d’Ivoire par le biais d’une de leur représentante avec laquelle j’ai de bons rapports et ils m’ont proposé une opportunité de distribution, en ayant vu mon travail, ma fan base et mon professionnalisme ; ils m’ont laissé faire mon choix quant à la meilleure formule pour moi et j’ai axé mes attentes sur une distribution sérieuse à l’international. Donc nous avons fait une distribution test avec « Ton héritage c’est la santé » qui a été l’une des chansons qui a cartonné sur la compil « Home come Union ». Donc avec UMA on parle de partenariat de distribution mais pas en exclusivité pour le moment, on dira que c’est à venir.
Concernant ma participation au concert de Dena Mwana, je tiens d’abord à souligner qu’elle est une artiste très sérieuse, une femme consacrée et qui a une communion très intime avec le Seigneur. Bien que n’ayant pas encore atteint son niveau d’intimité avec Dieu, je suis moi aussi très engagé avec le Seigneur et je pense que la communication d’esprit parle. Elle m’a dit avoir été touchée par ma dernière reprise du titre « Il est là » et c’est là que son époux m’a contacté par le biais de Patou Ebongue et Pit Baccardi pour me faire savoir qu’ils apprécient mon travail et aimeraient travailler avec moi pour le concert. Je suis resté dans l’attente jusqu’à la confirmation, puis nous avons pu échanger ensemble (Dena Mwana, son époux Michel et moi), c’est au travers de cet échange qu’ils ont sollicité mon aide quant aux vocalistes qui devaient prester lors du concert et c’est ainsi que je me retrouve dans la short list.

Maintenant concernant mes projets de 2021, c’est l’année où je sortirais mon prochain album intitulé « Time of Glory » car je crois que cette année, une lumière sortira du Cameroun pour l’extérieur. De même, le label « Gospel Music Kingdom », va présenter sa nouvelle pépite ou alors sa première vague d’artistes choisis avec soin. Et en exclusivité, je vous annonce que nous allons présenter un génie, un homme exceptionnel qui m’a marqué et qui s’appelle Ludovic. Il est vraiment oint et a su me saisir d’une façon particulière. Enfin, après la sortie de l’album, je compte par la grâce de Dieu, faire une tournée sur le territoire camerounais dans les villes comme Douala, Yaoundé, Bafoussam et certainement, Ngaoundéré ou même Maroua; ensuite, nous ferons une tournée en Afrique : Côte d’Ivoire, Togo, Sénégal, Congo et peut-être le Bénin. Et pour finir, si la situation sanitaire se stabilise, nous aurons 02 show cases en Europe.


Junior Empmanuel : Faisant partie des rares personnes ayant une véritable fan base (c’est tout de même surprenant car en regardant tes réseaux sociaux, tu es cependant très effacé), comment arrives-tu à être aussi sobre tout en étant autant sollicité ?

GMK : Tout d’abord, je pense qu’aujourd’hui ce qui est bien doit être rare et non vulgaire. J’ai appris à ne pas répondre à toutes les sollicitations que je reçois, non pas par mépris mais simplement pour marcher selon ce que le Seigneur attend de moi. Ensuite, Internet selon moi n’est pas un espace sur lequel il faille étaler sa vie privée mais une plateforme de communication; maintenant, concernant ma fan base, j’y ai beaucoup travaillé depuis 2010 car j’avais compris que le plus important n’est pas d’avoir 70.000 abonnés qui parfois ne suivent pas ce que tu fais, mais qu’en ayant juste 5.000 qui te suivent vraiment H24 et croient en ce que tu fais est bien plus fort car ces derniers sont de véritables relais de ton information dans le monde entier.


Junior Emmanuel : Quand l’annonce du concert de Dena est arrivée ici au Cameroun, il y a eu beaucoup de boycott. Comment t’es-tu senti par rapport à ça ?
GMK : C’est vrai que j’ai entendu parler de tout cela et j’ai même été abordé par certains. Mais tu sais, après 25 ans dans le métier j’ai appris que lorsque Dieu veut agir, les esprits aussi s’échauffent et s’agitent mais il faut savoir rester concentrés sur l’objectif et sur l’essentiel, c’est-à-dire que l’œuvre de Dieu se manifeste en grandeur nature et dans son ossature complète. Donc je suis simplement resté concentré sur le plus important. Je ne me positionne pas en arbitre, je suis un serviteur et si Dieu m’a appelé à servir, alors je sers.

Junior Emmanuel : Concernant les labels, comment est ce qu’on arrive au niveau où on peut travailler avec les majors sans se compromettre ? Est ce que tu penses que les enfants de Dieu devraient juste travailler entre nous, nos labels et autres?
GMK : Je dirais que si vous voyez Dena Mwana s’en sortir aussi bien et travailler avec UMA, c’est pour 02 raisons selon moi :
1. Le monde aujourd’hui a besoin de leaders et quand tu l’es déjà dans ton domaine, on te suit automatiquement. Tu deviens un influenceur.
2. La Bible dit que nous sommes la lumière du monde, la tête et non la queue, nous sommes  dans le monde pour l’impacter et l’éclairer à travers l’Évangile aussi prêché que chanté; en d’autres termes, nous devons comprendre les mécanismes de fonctionnement de notre génération pour être à même d’être influents au maximum et je pense qu’à ce niveau, Dena Mwana et son mari sont un exemple flagrants.

Car l’objectif principal, c’est de prêcher l’Évangile pas de gagner des sous, ça c’est le but du label. Donnons au label ce qu’il veut et passons par ce biais pour répandre la Bonne Nouvelle


Junior Emmanuel : Alors dans la playlist de GMK, quels sont les artistes camerounais qu’on peut retrouver ?
GMK : Alors, pour être sincère, je ne suis pas un chantre de l’époque actuelle, donc j’écoute beaucoup de chantres de ma génération comme Dick L’Ephata mais aussi John Duchant, Charles Citenga, Prince de Jésus… Maintenant, il y a la jeune Audrey Nguen que j’ai découvert il n’y a pas si longtemps ainsi que beaucoup de chantres dont je connais les titres mais pas toujours les noms. J’écoute aussi certains rappeurs comme  Ewert Sun, Paul Gabryel, Nomo Perets (je suis leur actualité).Enfin j’écoute Manuella Patouma et Akubaï .Ce sont des jeunes qui ont su attirées mon attention.


Junior Emmanuel : Quels conseils donnerais-tu aux artistes gospels camerounais qui aimeraient professionnaliser leur ministère ?
GMK : Pour moi, il y a 03 catégories de personnes dans le Gospel aujourd’hui au Cameroun:
1. Celles qui ont les moyens et n’ont pas forcément beaucoup de talent
2. Celles qui ont violemment de talent, qui ont été appelés mais n’ont pas de moyens
3. Celles qui ont du talent mais qui sont en herbe et cherchent encore leur route

Il est d’abord nécessaire de faire la distinction entre artiste Gospel et chantre. Tout le monde n’est pas chantre : certains chantent pour le cœur de Dieu et d’autres pour le peuple de Dieu.

Le conseil que je donnerais serait ce dernier. Ceux qui ont les moyens de promouvoir la musique qu’ils font, rapprochez vous des personnes qui s’y connaissent, qui ont roulé leurs bosses, qui peuvent être pour vous un modèle, qui peuvent vous donner des conseils et vous permettre de donner à votre ministère l’ossature que vous voulez. J’ajouterais aussi l’aspect technique et stratégique. Il y a des professionnels aujourd’hui dans le corps du Christ et si vous êtes perdus, sentez-vous libre de m’appeler et je ferai l’effort de vous connecter aux bonnes personnes.

Aussi, pour ceux qui n’ont pas les moyens mais qui ont autour d’eux des personnes qui veulent les aider, svp oubliez d’abord l’argent et ce que ça peut rapporter, car ce n’est pas la raison pour laquelle on chante pour le Seigneur.


Junior Emmanuel : De la part de toute l’équipe de Friday’s, je voudrais te remercier d’avoir répondu à toutes mes questions. Pour clôturer, j’aimerais savoir toi à ton niveau qu’est-ce tu voudrais dire et qu’on n’a pas posé comme question ? Aussi, serais-tu disponible pour être panéliste lors de notre prochaine masterclass ?
GMK :C’est moi qui vous remercie. J’avoue que vous faites partie des médias de la nouvelle génération qui veulent faire les choses bien selon mon observation.
Personnellement, pour moi il n’y a pas de questions qui devaient être posées. Et concernant les Master class, je suis totalement ouvert à ce sujet.

Junior Emmanuel est le curator de friday’s music et correspondant chez ZAMBA

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here